Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je suis Conscience

 

Article que j'avais posté  sur un forum et ma page facebook en août 2017.

Fautes corrigées  au passage.

----------

Vous raisonnez en terme physique, donc un objet mettra du "temps" pour parcourir une certaine distance dans un univers.... infini. . Déjà la on ne peut pas quantifier une distance quelle qu'elle soit dans un univers infini (pas de début pas de fin).

Vous pourriez aussi raisonner en terme conscience, ce qui n'est apparemment jamais abordé vraiment par la science pour l'univers. 

Pourquoi les extra-terrestres seraient ils forcément physique ?

En quantique, chaque point séparé n'est qu'un seul point universel. Tout est tout partout. 

En se déplaçant en conscience et pas en physique, la conscience capte tout instantanément, tout son univers visible est présent en elle. 

Elle est donc partout, donc ici et ailleurs. Si les extra-terrestres sont de la conscience, ils sont donc là, maintenant, à 1 mètre, à 100 000 années lumières, hier, demain, il y a 1000 ans, dans 10 000 ans. Univers non quantifiable, pas d'échelle de temps ou de distance, ils sont là.

Je suis de la conscience 

Je suis un extra-terrestre ? Après tout je suis l'option pensée d'un univers en dur.

Sans conscience l'univers existerait-il ? 

Un objet purement physique ne pense pas. La conscience pense et donc capte et génère. 

Sans conscience, sans quelque chose qui puisse comprendre que l'univers est présent, l'Univers n'existe pas. 

Nous existons, on ne sait pas pourquoi, mais on ne peut pas ne pas exister. Si nous n'existons pas, nous sommes vide, si nous sommes vide, nous sommes néant. Néant n'existe pas, puisque je suis moi-même la preuve que j'existe. 

J'existe donc, je suis conscience, je capte et génère, je suis. 

Je suis éternel car je suis conscient. 

Si je venais un jour à mourir avec mon corps physique, je deviendrais néant, mais néant n'existe pas puisque qu'il annule tout. Il annule donc futur présent et passé. Donc il annulerait mon passé, donc moi aujourd'hui. 

Par définition je suis donc éternel, je ne peux pas mourir. A l'échelle du temps et de l'univers je serais annulé sans conscience. 

A la rigueur je deviens trou noir. En devenant néant, je m'écrase indéfiniment sur moi même dans un univers infini 

Pour devenir néant, c'est à dire zéro, je dois absorber tout ce qui est autour de moi afin de m'annuler. 

Je reste un point noir, j'ai absorbé tout l'absorbable mais non je suis toujours là, je ne peux pas m'annuler c'est impossible, je suis toujours conscient, donc je reprojette toute ma conscience partout, et je crée.

Je crée ma matière mon uni-vers, je pense et j'imagine, et dans le néant noir je consolide ma pensée, en dur, je deviens physique. 

J'ai créé quelque chose de palpable, j'ai donné un sens au fait que j'existe pour pouvoir exister. 

Un univers physique autour de moi , et étant à la base de la conscience , j'ai projeté de la physique conscience. J'ai rendu possible, par le fait que j'existe et que pense, la création, partout, la, maintenant. 

Je suis conscience, je suis matière, un corps, un arbre, un oiseau, un lac, une étoile. 

Je suis partout.

J'ai cherché qui était Dieu, celui qui avait créé, celui qui m'avait crée, j'étais une part de lui même, il était une part de moi même, dehors et dedans, partout , une parcelle d'univers, une poussière d'étoile. 

Cette nuit en écrivant, j'ai réalisé que j'avais donné la solution de la vie et de l'éternité, je ne peux qu'exister, j'ai toujours exister, pas de début pas de fin, présent, cadeau, simplement partout ici et maintenant et au delà du temps. 

Je suis allé un peu loin 

Michaël

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Michaël Potier

Michaël Potier, jeune quarantenaire, écrivain et rêveur, humain et chercheur, Médium et hypnothérapeute, né au printemps de l'année 1977 en Haute-Savoie. L'écriture est l'un de mes talents.
Voir le profil de Michaël Potier sur le portail Overblog

Commenter cet article